dimanche 26 décembre 2010

réflexions pratiques... alternatives concrètes

extrait d'un entretien avec l'écrivain et éditeur Eric Hazan, publié sur le site des Inrocks.


Sur quoi repose la résurrection de l’idée communiste ?

Les gens sentent qu’il n’y a plus à choisir entre la droite et la gauche mais sur la façon de sortir du capitalisme. C’est la question clé. Si cela reste dans le domaine de l’idée, on va tourner en rond. Pour moi, réfléchir au communisme, ce n’est pas aller vers une organisation politique mais vers des réflexions pratiques.

Lesquelles ?

Comment abolir le salariat ? Par quoi le remplacer ? L’histoire de l’Union soviétique a montré que l’appropriation collective des moyens de production n’était pas le vrai communisme ; cela a débouché sur un désastre car on a gardé le salariat. Autre problème clé : comment sortir le travail de sa position centrale dans la vie sociale ? Comment faire pour que le travail ne soit plus un élément clé autour duquel tout s’organise ? Si on reste dans une problématique marxienne, si le travail reste central, alors on se situe sur le terrain de l’adversaire et on est forcément perdant.

La fin du travail ne reste-t-elle pas une idée purement théorique ?

Je ne prône pas forcément la fin du travail mais celle du travail salarié. On ne devrait plus considérer le travail comme la base de l’organisation sociale. Mais bien entendu, il faudra continuer à travailler.

T’intéresses-tu à l’écologie politique, qui réfléchit à la place du travail dans l’organisation sociale ?

Je ne sais pas ce que c’est. L’écologie me dérange. J’ai une réticence à la fois avec la notion et avec le mot. On va publier bientôt un nouveau livre de Badiou, L’Ecologie, nouvel opium du peuple. L’écologie est une nouvelle manière pour le pouvoir de faire passer tout ce qu’il veut.

N’est-ce pas pourtant l’une des seules idées fortes qui ait émergé dans la vie politique ces dix dernières années ?

Cela a peut-être amené des gens à réfléchir à la politique mais ce n’est pas une issue : la meilleure preuve, c’est ce qu’elle est métabolisée par le système. L’industrie écologique est la seule branche de l’industrie avec une croissance à deux chiffres. Le capitalisme est en train de digérer l’écologie. On voit bien le rôle politique d’Europe Ecologie, c’est une espèce de sous-PS censé récupérer les gens que le PS dégoûte un peu, comme Joffrin. Pour moi, l’écologie est de l’autre côté de la ligne de front de la guerre civile.

mardi 21 décembre 2010

Opération Bégin-Sé réussie !


Ce dimanche 19 décembre, le collectif Objecteurs de croissance 62 organisait une initiative ludique et humoristique à l'intérieur de l'hypermarché Cora Lens II.

Nous entendions tourner en dérision la folie de la consommation, particulièrement aiguisée en cette fin d'année, tout en dénonçant l'ouverture de la grande surface le dimanche, au détriment des salariés et de leur vie de famille.


Pour cette action, nous avions convié L'église de la très sainte consommation pour un office.

Compte-rendu sur le site des Objecteurs de croissance 62.

Le mot de fin : "Quand est-ce qu'on remet ça ?"

lundi 13 décembre 2010

Campagne pour la protection de la santé des enfants


Nos amis objecteurs de Belgique ont lancé cette judicieuse campagne que je soutiens.

Présentation de l'appel :

De nombreux indices montrent que l’état de santé des plus jeunes à tendance à se dégrader. Ni les normes, établies pour les adultes, ni les législations, établies de manière à ne pas entraver les intérêts économiques de court terme, ne permettent d’ enrayer le processus. Aussi inacceptable que ce soit, il faut bien constater aujourd’hui que la croissance économique passe avant celle de nos enfants.

Le Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC) lance l’appel pour la protection de la santé des enfants qui vise à inverser cette logique. Basé sur le « principe de l’enfant le mieux protégé », il demande l’application générale de la législation la plus rigoureuse existante dans le monde. En l’absence de législations fortes, il propose aussi des mesures individuelles. La protection de la santé des enfants doit être une priorité absolue.

L’appel qui s’adresse à tous les niveaux de pouvoir, propose aussi des initiatives collectives, associatives et individuelles. Il concerne à la fois les responsables politiques, les associations et les personnes. Chacun est invité à soutenir et porter cette campagne.

lien externe : www.objecteursdecroissance.be