dimanche 21 mars 2010

Café Décroissance

Rendez-vous ce
jeudi 25 mars à partir de 19h au café L'Estrade, rue Spriet à Lens
pour continuer de débattre de la décroissance, et nous utiliserons pour cela le documentaire de Jean-Claude DECOURT, "Simplicité volontaire et décroissance".
Vous êtes les bienvenu-e-s !

mercredi 10 mars 2010

Gratuité - lobbyisme - conflit d'intérêts

Comme l'a écrit Paul Ariès, la gratuité est l'Interdit majeur de l'hypercapitalisme.
Revendiquer, comme le font les objecteurs de croissance, la gratuité des transports de proximité, du logement social, de l'eau... est une hérésie dans notre société libérale.
Revendiquer cette gratuité, ou pour l'objet de ce billet la gestion publique de l'eau, relève pour certains de la schizophrénie... ou comment ne pas scier la branche sur laquelle on est bien assis !

Le blog de Marc Laimé (journaliste spécialisé et conseil sur les politiques publiques de l’eau auprès de collectivités locales), « Les eaux glacées du calcul égoïste », se fait l'écho des remous au P.S.

Que se passe-t-il donc au P.S. ?

S'opposent au sein du parti, un collectif, appelé "A contre-courant" et constitué de cadres exerçant des fonctions au sein des grands multinationales de l'eau (!), qui se
plaint d'"un procès en sorcellerie" ; "Ce nom de baptême témoigne de leur volonté de réagir aux "critiques systématiques" adressées par "certains camarades" contre le principe de la délégation de service public au secteur privé." Un collectif dont les "prises de position sont tout à fait autonomes". (citations extraites de l'article du Monde).

A ce collectif viennent de répondre dans le journal Le Monde dix responsables du P.S. qui revendiquent clairement : "
Que le droit à un minimum d'eau est un droit fondamental et universel, quel que soit son pays ou ses moyens. Nous appelons donc à la mise en place de la gratuité des premières tranches d'eau, financée par une élévation progressive du coût des tranches suivantes et calculée en litre d'eau par individu préservant ainsi les familles nombreuses. Ce principe allie justice sociale et écologique, puisque les gros consommateurs payeront pour ceux qui sont économes de la ressource, le mésusage finançant l'usage...
Que l'eau est un bien universellement partagé et qu'il ne peut donc faire l'objet d'un quelconque profit. Nous appelons donc à sa gestion par un système de régie publique ou une SCIC (Société Coopérative d'Intérêt Collectif), permettant d'unir consommateurs et responsables politiques dans une gestion collective et raisonnée de la ressource."
M. Laimé écrit ceci : "L’affrontement fera date. Dans son édition du 9 mars 2010 le quotidien français Le Monde publie une Tribune signée d’une dizaine de responsables socialistes, titrée « L’eau source de vie ou de profit », dans laquelle ils répondent à la quinzaine de haut-cadres de Veolia, Suez et Saur, eux aussi membres du PS ( !), qui avaient interpellé le 30 décembre dernier dans le même quotidien la direction du PS, lui reprochant mezza voce de faire les yeux de Chimène à la gestion publique de l’eau…"

Documentations :
Veolia, Suez et Saur prennent le parti socialiste en otage. A lire ICI sur li blog de Marc Laimé
L'eau, source de vie ou de profit. A lire ICI sur le site du Monde.
Au sein du P.S., un collectif "A contre-courant" sur la gestion municipale de l'eau. A lire ICI sur le site du Monde.


A quelques jours du scrutin régional, cette affaire ne peut qu'une nouvelle fois discréditée les politiques et inciter aux renouvellements du fonctionnement de notre démocratie : les objecteurs de croissance s'y emploient, et je vous invite à (re)lire le texte de Michel Lepesant : Les trois pieds politiques de l'objection de croissance.

vendredi 5 mars 2010

RDV décroissance à Lille

Le rdv lensois, la semaine dernière a été annulé, faute d'animateurs présents...
Par contre nos camarades lillois vous invitent à assister à une projection / débat
qui sera donnée le mercredi 17 Mars au Café Citoyen à partir de 19h30.
Le débat reposera sur le film sur André Gorz, de Marian Handwerke : "La métamorphose du travail".

La question du travail est au cœur de la pensée d'André Gorz. Son œuvre
anticipe le naufrage matériel, intellectuel et moral qui s’accomplit
sous nos yeux.

La soirée débutera à 19:30 par la projection du film sur André Gorz.
Elle se poursuivra par un débat autour de la place du travail dans notre
société.

Date, lieu et horaire
- Date : le mercredi 17 Mars 2010
- Horaire : 19h30 à 21h30
- Lieu : Café Citoyen, 7 place du vieux marché au chevaux à Lille